LA COLLISION, épisode 2 : Les plis (St Clément)

Publié le par Denis (vidéo : Perrine) - classe de TS1 lycée MMFourcade

 


Plis de St Clément
envoyé par Perrine


Description du site

Description géologique 

Le pli synclinal couché est matérialisé par l'alternance de bancs de grès et de lits de schistes appartenant au flysch de l'Embrunais déposé au Crétacé supérieur dans l'océan alpin. Le pli apparait au terme d'une longue histoire géologique. La nappe du flysch de l'Embrunais se met en place au début de l'ère tertiaire ( Eocène supérieur, 40 Ma environ) lorsque l'océan alpin se referme, par remontée de la plaque apulo-africaine vers le nord. Le contenu sédimentaire de l'océan alpin est expulsé sur la bordure continentale européenne. En raison de l'âge crétacé supérieur du flysch dont elle est constituée, la nappe du flysch de l'Embrunais ne peut avoir qu'une origine située plus a l'est que la zone briançonnaise. Originaire de l'Italie (si l'on peut dire), la nappe du flysch de l'Embrunais est passée par dessus la zone briançonnaise, elle-même en mouvement vers l'ouest et l'a dépassé pour atteindre, en bout de course, la zone externe de l'Embrunais. Cependant, le front de la zone briançonnaise chevauche l'arrière du flysch de l'Embrunais à Réotier.

 

A la fin de l'ère tertiaire (Miocène supérieur-Pliocène), un nouvelle contraction affecte l'édifice ; le flysch de l'Embrunais est alors retroussé vers l'ouest et dessine le pli en question. Cette disposition est purement locale et ne s'observe qu'ici, sur les deux rives de la Durance, bien que défigurée en rive droite par les glissements de terrain.


  
 Description physique

 Grâce au décapage de l'érosion, la crête du Penous montre une paroi qui coupe un pli de grande taille dont les flancs s'ouvrent vers l'ouest vers l'ouest par une courbure concave qui résulte de la flexion puissant d'un empilement de couches ou strates de roches sédimentaires.Un tel pli est dit synforme. En suivant des yeux la courbure du pli, depuis le bas, 1250m d'altitude, vers le haut, 1520m d'altitude, on passe d'un série de strates en position normale dans l'ordre de la sédimentation, à une série renversée de l'autre coté de la charnière. Les strates les plus jeunes se trouvent donc au centre de la charnière ; avant la déformation elles étaient les plus hautes, et le pli synforme est un synclinal.
 
Les deux flancs n'ont pas le même pendage, ils se rejoignent dans une charnière de forme arrondie où la courbure qui a déformé les strates est maximale ; le flanc inférieur s'étend à l'horizontal sur environ 500m, c'est le flanc normal, il montre une série stratigraphique normale, dans l'ordre chronologique des dépôts sédimentaires ; le flanc supérieur est incliné à 45° sur environ 350m de longueur, c'est le flanc inverse, il montre une série stratigraphique inversée. Le rayon de courbure diminue rapidement le long de la médiane du pli, depuis l'extérieur du pli à gauche, où il est d'environ 50m, dans le flysch gréseux compétent, moins déformable, jusqu'au centre du pli à droite, où il n'est plus que d'une dizaine de mètres, dans le flysch calcaire, moins compétent et plus déformable. L'axe du pli passe par le milieu de la charnière et engendre une surface axiale presque horizontale caractéristique d'un pli couché.

 


Sa formation

Deux phénomènes se sont conjugués pour former ce pli :

  •                 L'empilement des roches sédimentaires.
  •                 Le plissement                                                                                                            

 

L'empilement des roches sédimentaires

Grâce au principe de superposition, on peut affirmer que la couche sédimentaire chevauchante est la plus récente.                                                                                                           

 

 

Le plissement 

Le second phénomène géologique qui s'est produit est la formation des Alpes. Il y a 30 à 40 millions d'années, l'ensemble de ces roches a subi des forces énormes au moment du plissement alpin. La chaîne montagneuse, en se soulevant, a plissé les roches en plusieurs étapes successives.                                                                                                                                                                                                                                                                                              

 

Le pli couché de Saint-Clément est-il synclinal ?

Peut-on dire qu’il s’agit d’un synclinal ?

  Img00008.JPG  
  Img00009-copie-2.JPG

 











                                 
 

                   Le pli de St-Clément




On peut dessiner les deux dispositions suivantes :

*celle d’un synclinal couché
Img00004.JPGImg00005.JPG











*
celle d’un anticlinal couché
Img00006.JPGImg00007.JPG











Les données chronologiques permettent de trancher entre les deux dispositions. La carte et les relevés de terrain nous apprennent que les roches les plus récentes se trouvent au centre du pli. On peut conclure qu’il s’agit d’un synclinal couché dénudé par l’érosion.
( cette érosion qui, telle un fer à repasser, enlève le pli)
 

  
 

Intérêts

Intérêt géologique principal

Tectonique               Magnifique pli synclinal couché jusqu'à l'horizontale, marqueur

                                  tectonique d'une phase tardive de plissement intervenu lors du

                                  soulèvement alpin au Miocène supérieur-Pliocène. Le pli déforme une 

                                  nappe de charriage mise en place 30 Ma auparavant.     

   

Intérêt(s) géologique(s) secondaire(s)

Géomorphique       Pli synforme dénudé par l'érosion qui a créé un cône de déjection de 

                                 grande taille, formé par les débris de flysch de l'Embrunais.

 

 Intérêt(s) pédagogique(s)

 

Pour tous publics     Pli synclinal couché spectaculaire et d'observation facile

 

                                  (il n’est pas nécessaire de se plier en quatre pour le voir !)

Pour les scolaires     Le pli est la conséquence, visible en surface, de la collision des marges

                                   passives des continents qui bordaient l'ancien océan alpin, entraînant la  

                                   formation des Alpes.

                                   (Les adolescents prendront certainement plaisir à lire notre bêtisier/blagues,

                                   au risque de se plier de rire )

Pour les étudiants   Le pli est un bon indice du raccourcissement et de l'épaississement de

                                  la lithosphère continentale dans une chaîne de collision.

 

 

Intérêt patrimonial 

3 Etoiles ***  

(Ces étoiles correspondent à l’intérêt patrimonial, ce n’est en aucun cas, une évaluation  d’un lieu d’hébergement !!!)

Img00010.JPGImg00011.JPG










<= Le pli de St-Clément =>













Blagounette
 : Un peuplier, peu plié, peut plier sans se plier……

Publié dans Compte-rendu de sortie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article