L'OUVERTURE D'UN OCEAN, épisode unique : L'ouverture de l'océan alpin (Chenaillet)

Publié le par Julien, Florian (vidéo : Arnaud) - classe de TS1 du lycée MMFourcade

Pour commencer par le début, nous allons ici vous expliquer en quelques mots (et schémas), comment se passe la formation d'un océan. Tout d'abord voyons ce que retient un élève de première qui vient en stage à Briançon afin d'étudier l'ouverture d'un océan : la vidéo qui suit ne met absolument pas en cause les moniteurs mais plutôt  la mémoire de poissons rouges (vous comprendrez la blague après avoir vu la vidéo ^^) et l'imagination débordante des élèves. Appréciez maintenant le prochain oscar du cinéma muet : mieux que Les Oiseaux, mieux même que L'Ours, ou que * (manque d'inspiration flagrant), j'ai nommé Les Poissons !
NB : pour des raisons techniques les échelles ne sont pas respectées dans ce reportage qui ne porte bien évidemment pas sur la vie des poissons (qui d'ailleurs est fausse puisque ce n'est pas du tout comme ça que se concoivent les bébés poissons !) mais sur celle d'une dorsale océanique ! Pour de vraies infos scientifiques, ne vous désespérez pas et continuez à lire !




 

Au départ, une croûte continentale (CC) subit une divergence : la croûte est étirée donc amincie. Cet amincissement entraîne la remontée de l'isotherme 1300°C, par diminution de la température. A ce moment-là, les sédiments ante-rift apparaissent grâce à l'eau qui va rester dans les bassins formés.

 

Sous l'effet des forces divergentes, des failles inverses vont se former, engendrant des blocs basculés. De nouveaux sédiments viennent combler les trous formés par les blocs : ce sont les sédiments syn-rift. Sur le haut des blocs renversés, qui ne sont pas dans l'eau, il y a une absence de sédimentation (lacune sédimentaire). C'est ce qui est observable dans le Briançonnais.


 
Enfin, la remontée de l'isotherme 1300°C va entraîner la fusion des péridotites, qui, grâce aux forces qui tirent sur la CC, vont remonter vers la surface et se cristalliser en basalte lorsqu'elles sont refroidies rapidement et en gabbros lorsqu'elles refroidissent lentement. L'océan est alors formé. Les marges passives (les deux CC séparées par la CO ) s'éloignent à mesure que la CO s'agrandie. Des sédiments vont ensuite se poser sur l'ensemble en une couche horizontale (même sur la CO), ce sont les sédiments post-rift.

 

Les schémas suivants tentent de tout récapituler :
   
 

chena1.JPG
Continent plat

 
 

chena2.JPG
Mer très peu profonde. Dépôt des sédiments ante-rift.
 


chena3.JPG
Rifting : séparation de la plaque avec renversement de blocs (dits basculés).


chena4.JPG
Dépôt des sédiments syn-rift. Si un bloc est émergé durant cette période, il y a une lacune sédimentaire (non dessiné ici).


chena5.JPG
Apparition du fond océanique (fusion puis refroidissement des péridotites du manteau).




chena6.JPG
Les plaques nouvellement formées s'écartent au cours du temps. Les sédiments déposés à partir de ce moment sont dits post-rift.
 

Publié dans Compte-rendu de sortie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

2n is 28/11/2007 17:13

^^
je suis content du resultat!